L’impossibilité de prédire justement l’avenir impose une « brutale ouverture d’esprit »

futur graphique chart courbe impossible

Pour faire état de la difficulté à prédire l’avenir – dans nos métiers comme de façon générale – il n’est nulle besoin de convoquer la très-à-la-mode accélération du temps, l’empirisme semble souvent suffire à expliquer la dynamique des marchés libres.

Comme dirait le célèbre investisseur Paul Graham :

When experts are wrong, it’s often because they’re experts on an earlier version of the world.

Ce qui a été vrai à une époque ne l’est plus forcément aujourd’hui.

C’est pour cette raison que le business n’est pas une science et que les économistes néo-classiques se berçent d’illusions. Mis à part quelques grandes règles relevant plus du bon sens que d’une lumière initiée, il n’y a pas ou peu de constante dans le business.

Au-delà du biais de Saint-Thomas qui nous incite à donner plus de crédit à ce que nous connaissons, un certain nombre de vérités périment avec le temps.

Pour re-citer Paul Graham :

It seems to me that beliefs about the future are so rarely correct that they usually aren’t worth the extra rigidity they impose, and that the best strategy is simply to be aggressively open-minded.

Soyons brutalement ouverts d’esprit. Un peu comme avec ces collègues avec qui on vous a confié un appel d’offre pour les deux mois qui arrivent.

Ca vous inspire?

Merci Olivier pour l’article sur le pike syndrome

Innovation roundup : chewing-gum, éolienne et peinture…

Petit panorama d’innovations glanées ça et là…

Des chewing-gums stimulants, à base de taurine et de caféine. Les bulles Blitz doivent être explosives :

Une potentielle solution à l’absence d’eau potable dans le tiers-monde : cette éolienne récolte la vapeur d’eau présente dans l’air :

021009SDT01

De la peinture anti-wifi, parfaite pour certaines écoles qui ne tolèrent pas Facebook dans les amphis :

Un lave-vaisselle supersonique : pas besoin d’eau, les ultra-sons se chargent de détruire les résidus de vos assiettes. Les étudiants vont adorer :

091015_sonicdishwasher

Une marketplace dédiée aux MP3 d’occasion, sans DRM évidemment… Allez jeter un coup d’oeil à la plateforme Bopaboo.

Last but not least, le rationalizer, un instrument Philips qui permet d’informer son entourage de son humeur. Un bracelet façon montres Polar mesure le rythme sanguin et communique l’état de stress de son propriétaire à une sorte de saladier lumineux, à disposer dans le salon… Pratique pour devenir le bon moment pour apporter son carnet de notes. Ironie, ce produit aurait été conçu pour les traders…

Rendez-vous dans quelques jours pour quelques autres brillantes inventions !

Quelques innovations : musique, lunettes et dentifrice…

Comment aborder plusieurs sujets qui n’ont aucun point commun sinon leurs caractéristiques innovantes? Voici un court panorama des inventions récentes ou moins récentes qui changeront peut-être le monde.

1) L’ampli spécial MP3

Le développement du MP3 a démocratisé l’accès à la musique. Pirates et adeptes du gratuits s’en donnent à coeur joie. Le revers de la médaille : la qualité de la compression – même quand elle est bonne – n’égale pas les CD pour une raison simple. Nos enceintes sont pourries.

Cet ampli à tube convertit nos mp3 en fichiers FLAC – format non compressé – pour nous offrir une expérience sonique chanmé. Ca donne furieusement envie de l’essayer… (Merci Dvice)

2) Les lunettes qui permettent de se mettre dans la peau des vieux

090923_lunettes_old-people

Les marketeurs, jamais avares d’inventions tarées pour comprendre les gens ont inventé les lunettes 3D de vieux. une fois posées sur votre nez, elles permettent de se mettre dans la peau d’un papy. Le but avoué de cette invention est de comprendre comment le troisième âge se comporte dans les linéaires de supermarché… Eh oui, le papy-boom est en marche… Explications :

3) La boîte de nuit autonome


Sans verser dans la promo gracieuse, l’initiative soutenue par EDF mérite d’être mentionnée. Loin d’être le pionnier du genre, le patron de club Michel Smit a le mérite de faire savoir qu’il a équipé la piste de son dancing de capteurs qui récupère l’énergie produite par les pas de danses. Les watts récoltés permettent de faire tourner la boule à facettes. Trop cool. Voir la vidéo ici.

4) Le dentifrice somnifère

090923_pearly-dreams-toothpaste

Last but not least, ce dentifrice porte peut-être en germe le futur du marketing de la dent propre. Pourquoi? Le marché du dentifrice n’est pas encore segmenté par moments de brossage. Pourquoi ne pas inventer un dentifrice du matin et de la soirée? Les produits cosmétiques (crème de jour et de nuit) ont bien réussi, pourquoi pas la pâte à dent. De fait, la recette ce dentifrice Pearly Dreams de nuit est dotée d’une petite dose de somnifère, de quoi faire de beaux rêves très vite.

Et dire que les agences se plaignent de tous les beaux projets qui sommeillent dans les cartons… On ne pourra pas dire que certains ne tentent pas leur chance… Ca vous inspire?

Du nouveau du côté de la musique

Ce début d’année 2009 s’annonce faste en matière d’actualité musicale.

La start-up française My Major Company vient de lever 3 millions d’euros, avec l’appui de Stéphane Courbit, un business angel star des médias français. On se souvient de sa belle opération dans la revente d’Endémol (450 millions d’euros de plus-value selon Wikipédia). MMM produit son premier chanteur maison Grégoire qui aurait vendu environ 240 000 albums. Pas mal. J’en profite pour tirer mon chapeau à Simon – un ancien du Celsa – et Michaël qui lève haut les couleurs du dynamisme internautique en France.

iTunes a annoncé hier qu’il supprimait les DRM de ses morceaux vendus en ligne. Un pavé dans la mare chaudement attendu par les mélomanes wired. Concrètement, cela signifie qu’un acheteur de mp3 sur iTunes pourra échanger ses titres (8 millions d’ici fin mars) et les écouter sur plusieurs ordinateurs différents. Wal-Mart et Amazon avaient lancé l’offensive l’année passée.

Une critique en moins à l’adresse la firme de Cupertino : c’est un moindre mal compte tenu du piteux Keynote d’hier…

Pour terminer, une nouvelle (pas encore une tendance) qui réjouira les DJs et autres puristes : le disque vinyle est de retour. Près d’1,9 millions de galettes noires se sont échangées en 2008, contre moins d’un million l’année précédente. Moi qui regrettait l’ère des albums (si si, souvenez-vous, il y avait une suite logique entre les morceaux, une vraie trame narrative, un bel étui…), cela fait plaisir. 

2009 signera le retour du artwork !