I got a feeling : ce que nous apprennent les Black Eyes Peas

Incroyable ce nouveau clip des BEP. Léché, beat universel, paroles sophistiquées. On va  se remuer le boule sur ce mondo-tube tout l’été, à coup sûr. Outre ses qualités intrinsèques, cette vidéo est une petite pépite contemporaine, un témoignage unique et riche sur notre époque.

Qu’est ce qu’on lit à travers ces 5 minutes de bonheur pur?

  • Le placement produit a de beaux jours devant lui. Nokia et Asus s’en donnent d’ailleurs à coeur joie. On voit apparaitre le dernier né de la marque scandinave au tout début du clip, puis un netbook de la marque coréenne quelques secondes (2’52)
  • Autotune, le plus ringard des logiciels branchés, n’a pas encore été lâché par les producteurs, malgré toute la peine que se donne l’hypocrite Jay-Z (ça ne m’étonnerait pas qu’il soit de près ou de loin derrière les BEP).
  • En 2009, la récession impose un train de vie modeste, on est en pleine mode du Do it Yourself : on fait la teuf à la maison (Adidas ou la série britannique Skins ne sont pas innocent dans ce regain d’intérêt pour les salons parentaux), on prépare soi-même ses cookies (4’23) ; sans pour autant être chiant. On peut encore s’asperger d’alcool. La Kronenbourg a juste remplacé le Roederer.
  • En 2009, on est OUVERT : on festoie entre gens de toutes les couleurs – façon Mickeal Jackson dans les années 90 – on ne rejette pas les freaks – on se déguise comme les Misfits (3’01), Busta Rhymes ou le Mr Jack de Tim Burton – et on se roule des pelles entre meufs. Sarah Palin l’homophobe a démissionné et même Darkplanneur en parle, c’est dire si les gays sont tendances. Cerise sur le gâteau, on case des Mazeltovs à droite à gauche, histoire de surjouer encore un peu plus l’oecuménisme (vers une résolution du conflit israelo-palestinien?) de la pop musique.
  • Mais d’où provient toute cette belle énergie? Du nouveau président bien sûr, pour qui Will.I.Am, un des chanteurs du groupe, a bossé, travaillant par là même sa notoriété. Le drapeau américain circulaire en arrière-plan ne vous rappelle rien? Pas même le logo de la campagne de Barack?
  • La Production rajeunit, elle a baigné dans les mêmes influences kitsch et mémétiques que nous…  Vous ne connaissiez pas encore Hooked on a feeling?
  • L’avenir sera radieux et va changer, la preuve, The End est écrit en lettres de lumières… Le futur ne sera pas dark, mais lightfull.

Ouf ! Grâce à BEP, on en a appris des choses. Au fait, c’est quoi leur chanson déjà?

2008 : l’année des netbooks

L’année 2008 aura été le théâtre d’une micro révolution informatique, à la croisée de l’ordinateur portable – désormais plus vendus que les PC de bureau – et du smartphone. Les netbooks ont investi un nouveau segment de marché, permettant notamment aux opérateurs téléphoniques d’élargir leur offre hardware.

Malgré un taux de satisfaction pas encore optimal – l’empressement de certains fabricants a peut-être nuit à la finition de quelques modèles – les netbooks se sont écoulés à près de 15 millions d’exemplaires l’année passée. Une caractéristique frappante de ce nouveau marché réside dans la promesse ultra basique du produit : petits prix, fonctionnalités limités et ultra portabilité.

Un large pan de la production y répond donc sans soucis de distinction. Sony, à la recherche de sa gloire passée, présentait le mois dernier lors du CES – la grand messe high-tech de l’électronique à Las Vegas – sa version du netbook, plus petite, fine, puissante et design. Bien décidée à en faire le it-laptop de l’année, la firme nippone a investi la fashion week new yorkaise via une bande de 10 mannequins sillonant les catwalks et les backstages, un ordinateur en main, à mille lieux des clichés attachés à la figure du geek. Un PC sur les podiums ?

L’histoire ne dit pas encore si les fashionistas vont succomber.

Pour la petite histoire, Apple a déclaré ne pas s’intéresser à ce marché considéré comme cheap et indigne de la Pomme.