10 things I didn’t know last week #191

1. The adult diaper business is now better than the baby diaper business. In both US and Japan.

stabilo_logo_3141

2. Stabilo’s swan logo is a reference to its founder Sebastian Schwanhaüsser. Schwann is a swan in German.

3. Obama’s opponents currently coal roll.

4. The Doorway effect geographically explains why stepping out a room makes you forget stuffs.

5. The junkie word originates from people stealing pieces of metal to fund their drug addictions.

6. You’d Need 76 Work Days to Read All Your Privacy Policies Each Year.

dinosaurs feathers

7. Many dinosaurs may have been covered in feathers.

8. Hitler loved Disney’s movies.

9. Perrier’s bottle shape comes from Indian Clubs. Thanks Alex

Cellphone Etiquette  around world

 

10.  Cellphone Etiquette in 11 Countries

Sony Vaio et la comparaison qui flingue

Il y a quelques semaines, nous avions dédié une veille Né Kid aux coups de maitre de la pub ayant réinventé les règles du marché : arrêter le gratuit, le teasing, la caution scientifique… et la preuve irréfutable.

C’est précisément ce qui a du inspirer cette opération Sony Vaio, baptisée The Rocket Project (il faut croire que l’abandon du programme spatial par Obama inspire les marques…)

Tout repose sur une comparaison simple et percutante :

Les ordinateurs qui ont lancé les premières fusées dans l’espace dans les années 60 étaient moins puissants que les actuels Sony Vaio.

De fait, Sony va faire participer 8 étudiants à un projet de petite fusée dont la conceptualisation et le lancement seront assurés par des laptops Vaio.

Malin et moderne.

Pour mémoire, voici la fameuse veille Né Kid :

I got a feeling : ce que nous apprennent les Black Eyes Peas

Incroyable ce nouveau clip des BEP. Léché, beat universel, paroles sophistiquées. On va  se remuer le boule sur ce mondo-tube tout l’été, à coup sûr. Outre ses qualités intrinsèques, cette vidéo est une petite pépite contemporaine, un témoignage unique et riche sur notre époque.

Qu’est ce qu’on lit à travers ces 5 minutes de bonheur pur?

  • Le placement produit a de beaux jours devant lui. Nokia et Asus s’en donnent d’ailleurs à coeur joie. On voit apparaitre le dernier né de la marque scandinave au tout début du clip, puis un netbook de la marque coréenne quelques secondes (2’52)
  • Autotune, le plus ringard des logiciels branchés, n’a pas encore été lâché par les producteurs, malgré toute la peine que se donne l’hypocrite Jay-Z (ça ne m’étonnerait pas qu’il soit de près ou de loin derrière les BEP).
  • En 2009, la récession impose un train de vie modeste, on est en pleine mode du Do it Yourself : on fait la teuf à la maison (Adidas ou la série britannique Skins ne sont pas innocent dans ce regain d’intérêt pour les salons parentaux), on prépare soi-même ses cookies (4’23) ; sans pour autant être chiant. On peut encore s’asperger d’alcool. La Kronenbourg a juste remplacé le Roederer.
  • En 2009, on est OUVERT : on festoie entre gens de toutes les couleurs – façon Mickeal Jackson dans les années 90 – on ne rejette pas les freaks – on se déguise comme les Misfits (3’01), Busta Rhymes ou le Mr Jack de Tim Burton – et on se roule des pelles entre meufs. Sarah Palin l’homophobe a démissionné et même Darkplanneur en parle, c’est dire si les gays sont tendances. Cerise sur le gâteau, on case des Mazeltovs à droite à gauche, histoire de surjouer encore un peu plus l’oecuménisme (vers une résolution du conflit israelo-palestinien?) de la pop musique.
  • Mais d’où provient toute cette belle énergie? Du nouveau président bien sûr, pour qui Will.I.Am, un des chanteurs du groupe, a bossé, travaillant par là même sa notoriété. Le drapeau américain circulaire en arrière-plan ne vous rappelle rien? Pas même le logo de la campagne de Barack?
  • La Production rajeunit, elle a baigné dans les mêmes influences kitsch et mémétiques que nous…  Vous ne connaissiez pas encore Hooked on a feeling?
  • L’avenir sera radieux et va changer, la preuve, The End est écrit en lettres de lumières… Le futur ne sera pas dark, mais lightfull.

Ouf ! Grâce à BEP, on en a appris des choses. Au fait, c’est quoi leur chanson déjà?

Quand un chef d’Etat vous fait de la pub

On apprenait il y a quelques jours qu’Hugo Chavez, le charismatique chef d’Etat vénézuélien, croisé anticapitalisme, se faisait le porte-parole d’une cause autrement plus noble que l’indépendance pétrolière de l’amérique latine : l’accès universel au téléphone portable.

Pour la petite histoire, le penis phone – c’est son petit/grand nom – est la risée des marketeurs internationaux compte-tenu de son nom, mais peu importe (cf. 4×4 Koleos de Renault, couilles en grec), le naming fera l’objet d’une prochaine note.

Outre les intérêts financiers qu’Hugo doit détenir dans la firme qui commercialise ce Bic Phone à la sauce latino, on peut s’interroger sur l’image que renvoie un produit (sup)porté – involontairement ou non – par un chef d’Etat.

Est-ce que la Corona a réussi son entrée sur le marché français grâce à Jacques Chirac? Le succès du BlackBerry est-il imputable à son forcené-utilisateur-sauveur-du-monde Obama? L’Amérique était-elle cinglée de ketchup Heinz pendant que les Républicains étaient au pouvoir? Les Rolex sont-elle redevenues à la mode – Barbès ne compte pas – depuis que Sarkozy en arbore plusieurs rangées à chaque poignets? Seat sauve t’il les meubles en Espagne grâce à Zapatero?

Autant d’interrogations qui rallient la grande dichotomie sur laquelle plusieurs dizaines de livres et thèses devraient être rédigées chaque année : la mauvaise pub est-elle de la bonne pub? Est-ce le trashvertising, le spankvertising ou le smear marketing contribuent à faire préférer une marque? 

Tout dépend de la marque me direz-vous… A marque grand public message consensuel, à marque de niche message polarisant et clivant…

Où est la frontière entre les deux? That is the question.

Source : Intomobile

Vie de com’

Vu sur la Stratégies Newsletter aujourd’hui, la version com du succès français Vie de Merde (à ce propos, saviez-vous que Vdm avait lancé une version anglaise : F*** my life), sobrement baptisée Vie de Com.

Le spin-off est sympa et bien pensé. Félicitations à l’agence Sogoa pour cette initiative décalée et amusante.

J’en profite pour partager brièvement les quelques initiatives amusantes lancées par des agences pub récemment.

BBH fait parler d’elle à peu de frais via un blog tenu par un de ses employés totalement fan des tenues de Michelle Obama, hello Mrs. O

NoGoodIndustry ouvre une boutique de créateurs partenaires rue de la Tour d’Auvergne, dans le 9e arrondissement.

High Co subventionne des artistes pochoiristes : Jérôme Mesnager et Jef Aérosol.

Sid Lee expose également des artistes de son collectif de créatifs mais également des coups de coeur dénichés au cours de leurs recherches en achat d’art.

Naked Londres organise chaque mois les Naked Sessions, soirées rock branchées données dans le club londonien KOKO placées sous le signe de la découverte de talents.

Sans être révolutionnaires, ces projets permettent aux agences de faire parler d’elles différemment et se (ré)introduire dans le débat public. On peut imaginer que la professionnalisation de la communication initiée par Thierry Saussez et le SIG devrait encourager les agences à poursuivre dans cette direction et faire partager leurs découvertes à la population afin de démocratiser la profession.

Mesdames/Messieurs la relève, vos idées sont les bienvenues.