Walled gardens vs. navigateurs : les applications mobiles ne sont probablement qu’un effet de diligence

Le dogme de l’application mobile bat de l’aile.

Avec le temps, on constate que l’optimum de Pareto s’observe sur l’usage des applications : les gens utilisent le plus souvent quelques applications seulement.

En outre, les chiffres Mediamétrie montrent que “91 % des mobinautes disent à avoir consulté au moins un site web au quatrième trimestre 2011, seulement 60,6 % ont ouvert au moins une appli.”

Par ailleurs, le dossier d’introduction en bourse de Facebook a pointé les faiblesses et la frilosité du californien sur mobile. Pour l’arrivée de son programme publicitaire mobile, FB souhaite favoriser les navigateurs afin de contourner la taxe prélevée par Apple.

D’autres chiffres encore montrent que la préférence des applications au navigateur mobile varient fortement selon les usages :

Ces 4 points créditent la thèse de l’effet de diligence des apps mobiles.

Le développement du web mobile est comparable à celui du web sur ordinateur (et plus largement à celui des ordinateurs tout court). L’accès au net a commencé par des programmes dans les années 80 pour laisser place aux navigateurs dans les années 90.

Un scénario identique se répète sur mobile.

Les apps ont fait décoller les usages (avec toutes les limites énoncées ci-dessus) mais montrent aujourd’hui leurs limites. La nouvelle bataille se joue sur les browsers. D’où le lancement d’un chrome mobile.

Si le choix du navigateur mobile est encore très largement sujet de son OS mobile, il y a fort à parier que les utilisateurs reproduiront sur mobile ce qui ce passe sur PC, en choisissant des concurrents plus performants.

Hyper-choix et low process involvment : de l’absurdité des focus groupes

Les mécaniques de prises de décision sont des points cruciaux à comprendre pour les métiers du marketing et de la communication. Toute sortes d’expériences sont menées pour tenter de percer ces mystères.

Toutefois, certaines pratiques sont parfois douteuses… Ces 4 observations relatives à la manière dont un individu achète un produit nuance l’importance de quelques outils.

Continue reading “Hyper-choix et low process involvment : de l’absurdité des focus groupes”

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #4

1. Argus était un personnage mythologique doté de 100 yeux, chargé par Junon de surveiller la nymphe Io. Par extension, un argus désigne un individu capable de tout voir, tout entendre ou tout connaitre (le prix d’une auto d’occasion par ex…)

2. La plus grosse audience jamais enregistrée par France Télévisions était est talk-show animé par Jean-Luc Delarue sur… la mesure des audiences TV. Autrement dit, tous les gens équipés d’un boitier de mesure à domicile ont goulument regardé le programme les concernant. Merci Eric.

3. La première voiture a avoir franchi la barre des 100 km/h était… électrique. La jamais contente fut baptisée par son inventeur en référence à son épouse.

4. Jean-Michel Jarre a été marié à Charlotte Rampling.

Kiffant

Au passage, le coco est le premier artiste occidental à avoir donné un concert en Chine et le seul à avoir rassemblé un million de personnes pour un concert. Chapeau.

5. Le stade olympique de Londres est composé de plusieurs tonnes de métaux recyclés à partir d’armes. Beau geste.

6. Antoine Blondin, auteur du formidable Un singe en hiver, était le chroniqueur alcoolique vedette du Tour de France pour Le Monde.

7. La mythologie des épiciers arabes est née grâce aux habitants de la ville de Djerba, réputés pour leur sens des affaires. En Tunisie, “aller chez le Djerbien” signifiait “aller chez l’épicier”.

8. 80% de nos conversations téléphoniques sont faites avec 4 personnes… (2 sur Skype). Compte-tenu de la quasi mémétique offre des “numéros favoris” proposée par les opérateurs téléphoniques (3 appels illimités, etc.), on aurait pu s’en douter. Pareto es-tu là?

9. Les filles sourient presque 2 fois plus souvent que les garçons sur leur photo de page perso (Myspace, Facebook, etc.). Dans cette étude, on apprend également que montrer ses seins attire 50% de trafic supplémentaire sur sa page (à tous ceux qui ont des petites soeurs, courez vite à la maisons les gars).

10. Obama a gagné les élections 2008 grâce à une méthode discursive transcendant les clivages politiques : le bi-conceptualisme. Cette technique consiste à prendre de la hauteur sur des sujets pour lesquels un orateur lié à un bord politique n’est pas légitime. Ex : la sécurité ou l’ordre intérieur pour un individu de gauche. PS : Tony Blair et Bill Clinton avait déjà éprouvé la tactique avec succès.

Merci Sébastien.