Signifier l’inoffensivité des médicaments

C’est en tombant sur cette affiche parodique sur l’excellent site 9gag que j’ai repensé à une particularité de la police de caractères Helvetica, traité lors de mon mémoire :

Le succès d’Helvetica – police crée au début des années 50 – tient en partie à un de ses usages bien spécifique : les laboratoires pharmaceutiques l’adoraient car d’après les tests cognitifs réalisés auprès des publics, Helvetica était la police la moins anxiogène (pour des malades, ça compte…)

La neutralité prétendue cette fonte – des milliers de mythologies existent – tient donc autant à ses usages (tiens tiens, encore eux!) qu’à sa conception…

D’autres posts reviendront sur l’histoire d’Helvetica.

Bonus : le proverbe de l’affiche vient de ce dicton britannique (image dénichée sur le blog de Mark Tungate)

Pourquoi nos ancêtres étaient cools

On se fait souvent une image idéalisée du mode de vie de nos aïeux. Francis Cabrel et autres réacs chantent les louanges du bon vieux temps, du « c’était mieux avant ». Une époque plus détendue, sans mobiles ni internet, où on prenait le temps de vivre…

Les produits qui suivent apportent un nouvel éclairage sur la douceur de vivre ancestrale… Les drogues ont souvent été expérimentées et introduites sur le marché par la médecine. Ce n’est pas pour rien que les drugstores portent ce nom. Le père du LSD, Timothy Leary, travaillait en outre sur des projets pharmaceutiques. Il y a quelques années, drogues et médicaments qualifiaient les mêmes produits.

C’est toujours le cas aujourd’hui : morphine ou cannabis sont utilisés pour calmer les douleurs. D’autres substances ont connu des succès populaires avant d’être considérées comme dangereuses. C’est le cas de l’héroïne (cousine de la morphine), de la cocaïne et des amphet’, présents sur le marché au début du siècle sous de nombreuses formes :

Bayer’s Heroin, vendu comme une version smooth de la morphine, devenu plus tard l’aspirine :

091019_bayer

Boehringer & Soehne, des pilules à base d’héroïne, à des « prix défiant toute concurrence » :

091019_coc-paperweight

Opium pour enfants… Avec ça, les nourrissons devaient faire de bonnes nuits…

091019_paregoric1

091019_paregoric2

Du sirop à la morphine spécial bambins :

091019_winslows-ad

Le vin à la coke… Le Pape Léon XIII adorait ça… Et dire que les agences se targuent d’avoir (ré)inventé les stratégies d’influence…

091019_cocawine

091019_mariani

Les amphétamines à sniffer. Un franc succès au sein des compagnies aériennes pour calmer les gens un peu stressés…

091019_benzedrine

091019_panam2

L’opium contre l’asthme :

091019_vapo-opium

Des dragées contre la toux à la cocaïne. Chaudement recommandée contre les douleurs de gorge des chanteurs et des professeurs… Les cours devaient être rock’n’roll.

091019_cocaine-throat

Une potion à la cocaïne contre les rages de dents :

091019_cokedrops

Dans une autre veine, on trouvait également moult produits à base de radium pour guérir les gens… Preuve que n’importe quel produit peut être perçu comme bénéfique avant que la science ait prouvé le contraire. De là à réactiver la psychose sur les ondes de téléphone ou du wifi, il n’y a qu’un pas… Nos petits-enfants hallucinerons, sans doute.

Source : ZMEScience