Mythologie : la seconde chance

La seconde chance est une mythologie très Jesus friendly, motivée par le pardon et l’espoir de pouvoir rebâtir quelque chose malgré les obstacles. Une image finalement liée à la modernité, définie par la croyance d’un lendemain chantant.

La seconde chance exprime par ailleurs une forme d’ultimatum. La grammaire française veut que le terme second soit employé lorsqu’il arrive en fin d’énumération, ie. s’il y a une 3e ou une 4e chance, je n’ai pas le droit de dire seconde mais je dois dire deuxième. De fait, après la seconde chance il n’y a rien, il s’agit donc de savoir la saisir.

On ne compte plus les romans, films, séries, feuilletons, disques, “grandes causes” ou autres fictions exploitant le terme.

Forcément, de nombreuses campagnes de communication déclinent ce thème.

Celle-ci m’a marqué, grâce à sa capacité à donner corps à une promesse sportive vue et revue : le dépassement de soi. Attention, sortez les Kleenex, y’a du storytelling dans l’air.

Gatorade, une boisson énergisante (comprenez ultra sucrée) a récemment pris le parti de défendre les sportifs amateurs. Ils ne sont ni les premiers, ni les derniers à adopter cette stratégie. Après tout, il faut bien :

  • Arrêter de systématiquement glorifier les brutes dopées,
  • Caresser dans le sens du poil les 99% de clients qui ne seront jamais médaillés olympique,
  • Reconnaitre aux amateurs la même qualité que les pros à tout donner.

La campagne Mission G donne ainsi une seconde chance aux membres de deux équipes universitaires de football qui se disputaient la place de champion dans les années 90.

Les Easton Area Red Rovers et les Phillipsburg Stateliners disputèrent une finale épique en 1993, qui se termina sur un match nul.

Parce que Gatorade est une marque cool qui milite pour des gens qui n’ont pas peur d’aller au bout de leurs rêves, elle a décidé de faire rejouer le match 16 ans plus tard. Le génie de l’agence TBWA/Chiat/Day (une des gloire des années 90, à l’origine du film 1984 d’Apple) est d’avoir su créer un brand content en 10 épisodes : entrainements, souffrances, galères et finalement, le fameux match. Ou comment mélanger feuilleton, suspens et émotion. Vive l’Amérique !

Je vous laisse découvrir le trailer :

Ce film nous fait également vivre un fantasme : remonter le temps et corriger ses erreurs. Tout ça grâce à une boisson. Coolos non?

L’insight pas glop de ce film, c’est que les consommateurs Gatorade ont vieilli/grossi et vivent dans le passé… Gatorade leur donne l’occasion de refaire le match, en imagination…

La chaine Youtube de Mission G.

Source : Zoé