10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #298

1.Courtier ou business sont des mots issus du jargon de la prostitution.

2. Le syndrome chinois est une hypothèse selon laquelle une explosion de centrale nucléaire produirait un grand trou dans la terre jusqu’à atteindre les antipodes.

3. Au cinéma, un hareng rouge est une astuce scénaristique pour emmener le spectateur vers une fausse piste : cf. le Sixième Sens, Usual Suspects ou le Convoyeur.

4. Adèle. Une youtubeuse 2K. Merci V2C

5. Au UK, les biscuits ne sont pas taxés car considérés comme nécessité. Les biscuits au chocolat n’ont pas cette chance, ils sont considérés comme un luxe.

6. La chaise LC4 de Le Corbusier est un fétiche porno.

7. Il est interdit d’interdire ! a été inventé par Jean Yanne.

8. La raison pour laquelle la plupart des pâtisseries portugaises sont à base de jaune d’oeuf est que les nonnes du pays utilisaient le blanc d’oeuf pour repasser leurs voiles. Merci Etienne

9. Les gratte-ciels feng shui de Hong Kong disposent d’un oeil pour laisser passer les dragons.

10. Un idiot plot est une autre astuce de scénariste dont l’intrigue tient sur l’incapacité des protagonistes à comprendre ce qui se passe.

10 things I didn’t know last week #195

1. Graduated prostitutes earn better money.

2. The Bielefeld Conspiracy: the city of Bielefeld in the German state of North Rhine-Westphalia does not actually exist. Thanks Olivier

musee herge femme bd

3. Hergé and women and why he preferred men to run gags.

4. Stella Artois has one of the most ancient logo in the world, dating back to 14th century.

5. Most of Japan’s adoptions are of childless adult males who are adopted to become the heir of a family business.

6. You know yoga, you know dogs. But did you know Doga? Thanks Alexandra

7. Football clubs have more and more regional sponsors, meaning that several brands potentially competitors can endorse them at the same time.

metric system

8. Metrics system vs. Murica.

minute sofinco cosmopolitan

9. Thanks Sofinco.

10. The Vocal fry phenomenon. Thanks Maria and Sarah

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #121

1. Environ 107 applications mobiles font la promotion du tabac.

2. Findus adore les roux et assume.

3. 17% des hommes résidant aux USA de taille supérieure à 7 pieds (2,10m) jouent en NBA.

4. La Meuse héberge les 6 communes françaises qui ne comptent officiellement aucun habitant. Merci Arthur…

5. La France aurait inventé le placement de produit au cinéma. Merci Olivier

6. Avant-guerre, un gros numéro était le signe de reconnaissance d’une maison de passe.

7. La distinction entre la signification statistique et substantielle (cf. ça et ça).

8. Nickelodeon = nickel + odeon. Le nom des petits cinéma de quartier américain du début du 20e siècle où une séance.

9. Le métro parisien comporte 14 stations de métro fantôme.

10. Le gremlin est un terme aérien.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #114

1. Les vieux de la vieille désignent originellement les grognards, soldats de la vieille garde napoléonienne.

2. L’analyse contrarienne cherche à mesurer le niveau d’optimisme (Bullishness) ou de pessimisme (Bearishness) des opérateurs de marché.

3. Selon le BCG, le temps moyen passé à comparer/choisir/s’inspirer/commenter un voyage de loisir s’élève à 42h.

4. « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ». Épargnez-vous la honte, évoquez le paradoxe de Fermi.

5. Fin 19e siècle, les journaux téléphoniques.

6. Début 20e siècle, le cartel Phoebus fut monté par Philips, Osram et General Electric pour contrôler le marché des ampoules électriques.

7. La comptine pour enfants Nous n’irons plus au bois parle de michetonnerie.

8. Les romans d’espionnage écrit par Gérard de Villiers tiennent leur nom de la compagnie aérienne suédoise éponyme : SAS.

9. La communication est le premier investissement immatériel des entreprises. 31 milliards d’euros, supérieur à la R&D.

10. La sémantique générale, logique moderne pour un monde moderne. Merci Erwan

Pour séduire un partenaire, seriez-vous obsédés par le ROI?

Oui c’est un sujet facile. Oui, il est plus complexe qu’il n’y parait. Il n’empêche.

A l’issue de mille réunions où clients et agences se regardent en chien de faïence avec pour seul terrain d’entente le ROI (en achat d’espace, pas en croissance, faut pas déconner), remettons le couvert.

Que peut-on attendre d’une relation tarifée avec les gens? Du plaisir pourquoi pas, mais à certaines conditions.

Primo, la communication est toujours tarifée. Cela va de soi en paid, c’est parfois le cas en owned (notamment lorsque les gens achètent le produit) et de plus en plus en earned (allusion à l’authenticité des commentaires sur les forums).

Secundo, si aucune loi ne produit de ventilation moyenne des moyens, le paid est généralement majoritaire dans le mix. A ce titre, il y a de quoi s’interroger sur la nature du lien que les marques souhaitent créer avec leurs publics.

Pour filer une métaphore interpersonnelle du ROI, prenons l’exemple d’un rendez-vous galant. La personne que vous convoitez a finalement accepté de vous accorder un rapide rendez-vous pour prendre un café. Elle est débordée mais sous votre insistance, elle a fini par céder.

Vous avez votre chance. Allez-vous raisonner ROI?

Vous lui offrez un Coca dans un kebab ou petit déj sympa dans un endroit agréable?

L’obsession pour les ROI (sous l’impulsion de leurs agences) conduit à adopter des comportements biaisés et la relation client qui va avec… Les marques ne devraient jamais prétendre à d’autres rôles que ceux que les gens leur octroient.

Cette note rappelle cette vieille présentation Né Kid qui n’a pas perdu de son charme un peu gras :