10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #262

1. En moyenne, un supercalculateur d’un petaflop consomme autant qu’une ville de 10 000 habitants (autour de 5 mégawatts/heure).

2. Le mot paname dérive des chapeaux panama portés par les ouvriers durant les travaux du canal éponyme. Merci Victor

3. La plupart des grandes inventions ont été trouvées pour les usages handicapés : la machine à écrire pour permettre aux aveugles d’écrire ou le téléphone pour aider les sourds à communiquer.

4. Multiplier des chiffres. En mode chinois.

5. En Alaska, les légumes bénéficient d’un tel niveau d’ensoleillement qu’ils en deviennent géants.

6. Les sèche-mains Dyson sont un repère de bactéries.

enhanced-mid-fit bit breakup

7. Ca c’est un type qui se fait larguer via son électrocardiogramme Fitbit (d’autres histoires cools ici).

twlite2

8. Les bouchons de voitures forment des ondes hydrodynamiques modélisables systématiquement.

9. [J’ai mis du temps à le retrouver] En réalité les narcissiques ne s’aiment pas mais cherchent à être aimés sans succès, donc en souffrent.

10. Don’t stop me now de Queen est scientifiquement la chanson qui rend le plus heureux.

Ce que Lady Gaga enseigne aux marques

Pourquoi cette fille de 23 ans réussit mieux que tout le monde… Partenariats avec des marques, défilés brandés, featuring et copinages célèbres, Lady Gaga est une petite créature plébiscitée par les marques (partenariat créatif avec Polaroid, écouteurs Universal’s Beats By Dre, cosmétique Viva Glam…).

(C’est toujours plus facile de tirer des enseignements une fois le succès arrivés mais bon, personne n’est parfait).

Comme les marques :

  • Lady Gaga a une histoire à raconter : jeune musicienne prodige issue des bancs d’un prestigieux conservatoire new yorkais, débuts difficiles, happenings semi-porno dans des tavernes du East-Side… La galère quoi.
  • Lady Gaga revendique ses origines, au moins à travers un nom qui se veut un hommage à Radio Gaga de Queen.
  • Lady Gaga sait traiter ses fans et passe des heures avec eux sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Myspace…
  • Lady Gaga anime la conversation quasi naturellement : chacune de ses apparitions donne du grain à moudre au public : coiffure extravagante, tenue excentrique, accessoires, marques, etc
  • Lady Gaga aide les gens à avoir un avis. Mine de rien, ça compte. Le niveau d’abstention aux scrutins dit bien le manque d’intérêt ou la difficulté ressentie par les gens pour se faire une opinion (même à l’époque où les réseaux sociaux nous aident à nous publiciser).
  • Lady Gaga a réussi son shift en devenant une marque média. Le nombre de placements dans ses clips dit la puissance de la marque Gaga à porter un message, des valeurs, un imaginaire (notamment à travers sa gestion experte du montré/suggéré) sans jamais se laisser phagocyter.

Bref, une belle marque comme on dit dans le métier.

Voici un reportage sur le phénomène :