A qui faut-il faire confiance? Certainement pas aux agences de RP.

La dernière édition du baromètre Edelman sur la confiance fait état d’étranges enseignements pour les entreprises.

Slide 10 : les gens donnent plus de confiance aux entreprises qu’à leurs gouvernements.

Slide 21 : ce phénomène n’épargne pas les classes aisées et diplômées, même si on constate un delta slide 5 (ce dernier ayant tendance à s’accroitre).

Ce qui n’augure rien de très encourageant pour l’avenir naturellement. Qui est capable de redonner de l’espoir aux gens?

A moins que ce ne soit une vilaine étude d’une vilaine agence de RP qui veut expliquer à ses clients entreprises qu’elles sont le seul espoir de redonner un peu de foi dans l’humanité aux gens? D’où l’entretien généralisé de la peur, au service de la vente de leurs médiocres services.

Je ne dis pas que ces chiffres sont faux. Mais ce genre de mauvaises taules devraient faire attention à ne pas jouer avec le feu. A force d’agiter le torchon de la crainte, elles finiront par se brûler. A moins qu’elles ne pensent que la population aura de la clémence pour les publicitaires une fois l’extrême droite installée au pouvoir.

En tant que pollueurs publics, nous gagnerons – a minima – à ne pas prendre au sérieux notre profession de guignols et tâcher d’apaiser nos audiences.

The chafouin’s strategy

Le principal avantage des RP (imprimées ou digitales) est de pouvoir faire dire quelque chose à quelqu’un de manière naturelle. La marque inspire l’auteur/journaliste qui retranscrit à sa guise l’information.

La dimension commerciale du discours est neutralisée par le prisme d’un tiers. On peut ainsi profiter de l’aura du magazine/journal/blog.

Mieux, on profite de ce circuit délaissé par l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) pour dire un peu ce qu’on veut. C’est encore plus vrai sur le web.

C’est le seul principal intérêt des blogs/forums.

Ces vidéos Mercedes illustrent parfaitement la chafouin’s strategy : communiquer sur la vitesse est particulièrement touchy.

Qu’à cela ne tienne, sur Internet, personne ne contrôle les contenus, on peut se lâcher.

Résultat : une bonne vieille vidéo promo bien sportive.