10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #256

1.L’unité de mesure de volume du pétrole, le baril, est originaire de Pechelbronn en Alsace.

2. Pourquoi les stylos Bic ont un capuchon percé? Pour que l’air puisse passer quand même passer au cas où quelqu’un en avalerait un accidentellement. Merci Victor

3. Un micromort est une unité de risque égale au millionième d’une probabilité de décès. Merci Olivier

4. La Mad Pride, c’est la gay pride des malades psychiatriques. Merci Fred

5. Le terme vaccin descend de la vaccine, une bactérie infectant les garçons vachers. On se rendit compte que ces derniers étaient immunisés à la variole. D’où le terme générique vaccin qui suivit. Merci Armand

6. Avant il y avait le syndrome de Stendhal (des gens hallucinés par la beauté d’un lieu), maintenant il y a le syndrome de Paris : les gens sont hallucinés de déception.

7. Légaliser la prostitution pourrait réduire le nombre d’infection du sida de moitié.

8. Il est prouvé que les brainstorming produisent en moyenne moins d’idées de bonne qualité que les gens qui bossent seuls.

9. La puissance collective de la gamme pentatonique.

10. Saint Valentin est aussi le patron des apiculteurs, de la peste et de l’épilepsie.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #131

1. Chipotle : l’exemple parfait de la pub non attribuable :

2. Les liseuses électroniques n’ont rien d’écologique.

3. N’importe quelle page du web n’est jamais éloignée de plus de 19 clics de tous les contenus en ligne.

4. Les origines romaines de la saint Valentin : une partouze SM.

5. Michael Jordan voulait être sponsorisé par Adidas.

6. Le Mississippi a officiellement ratifié l’abolition de l’esclavage la semaine dernière.

7. Tout ça :Polymorphously Perverse

8. Les jeux en ligne sont – sans surprise – des lessiveuses à argent sale.

9. Le point de parité : la réponse radicale au dogme de la différenciation (on y reviendra). Merci Benjamin

10. Le growth hacking n’est pas une blague :

Incentive cognitive et images de charme font un excellent ménage

Pour des raisons liées à la cognition, l’homme réagit plus efficacement à des stimulations émotionnelles que rationnelles.

Ce vieil argument, malheureusement trop souvent mal exploité par le publicitaire moyen, n’en demeure pas moins un territoire d’expérimentation intéressant.

Lire la suite « Incentive cognitive et images de charme font un excellent ménage »