Une marque peut-elle moquer la médiocrité de ses clients? On dirait bien que oui.

J’aime cette idée de contenu produite par Canon :

As part of a social experiment to explore bias, 6 photographers took portraits of the same actor, who gave them each a different backstory about himself. The results showed how ‘a photograph is shaped more by the person behind the camera than by what is in front of it.’

En même temps, on peut aussi se demander si cette idée ne nous raconte pas que les photographes n’ont aucune personnalité tant ils racontent des histoires clichés sur les gens qu’ils photographient.

Alors oui, on comprend qu’un appareil photo n’est qu’un appareil au service de la créativité des gens, mais si la créativité des gens est merdique, ça ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick.

Bref, cette idée n’en demeure pas moins un sujet dont on parle et c’est déjà un succès.

Le progrès par les marques, une insulte ?

Depuis quelques dizaines d’années, il parait que nous vivons une crise des institutions. Religion, école, famille, éducation, politique… Les repères traditionnels périclitent. Certains appellent ça la postmodernité, d’autres la fin de l’histoire, peu importe, Daniel Bô en propose une excellente synthèse page18-19 du document infra.

Il parait que dans les années 80/90, les entreprises auraient caressé l’ambition de se substituer aux institutions.

Le bilan est net. Nous n’avons pas appris la lecture dans des menus McDonald’s ou la géographie grâce à Air France. Il n’y aura pas de liste Ushuaïa aux élections présidentielles. Si les entreprises ont cru pouvoir remplacer les institutions, la guerre de Troie n’a pas eu lieu.

Et pourtant.

Continue reading “Le progrès par les marques, une insulte ?”