10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #263

1.Le mot-clef le plus cher de Google au UK, c’est play live blackjack : 148 pounds. L’industrie du pari en ligne occupe 77 des 100 requêtes les plus chères.

2. La Belle est la bête et inspiré d’un cadeau fait à Henri 2 pour son anniversaire : un enfant anormalement poilu, qui finit par faire des émules à la cour…

3. Parka est un mot russe.

4. De la même manière que le denim vient « de Nîmes », le blue jeans vient de Gênes. Merci Delphine

american gothic

5. Grant Wood – auteur de American Gothic – a commencé sa carrière via un concours de dessin Crayola.

6. Dans le dialecte aborigène des kuuk thaayorre, il n’y a pas de « droite » et de « gauche », on utilise uniquement les 16 points cardinaux. Merci Etienne

continental logo

7. Il y a un pneu caché dans logo de Continental (le C et le O forment un pneu en 3D).

8. Les tasers tirent des confettis portant des numéros afin d’identifier les tireurs.

9. Pourquoi appelle-t-on un article récurrent un marronnier? Tous les ans, aux premiers jours du printemps, un marronnier rose fleurissait sur la tombe des Gardes suisses tués lors de la journée du 10 août 1792, dans les jardins des Tuileries à Paris ; et tous les ans un article paraissait dans la presse pour s’en faire l’écho. Merci  Etienne

10. Accueillir tous les animaux errants du monde pour les sauver porte un nom (c’est une pathologie) : le syndrome de Noé.

Le marketing conversationnel ça marche. ll suffit juste de le confier à des gens compétents

On a beaucoup aimé cette idée de contenu « inspirée par les recherches Google ».

On ne sait pas si Google est derrière cette opération de brand content mais le traitement éditorial de Vice ne gâche vraiment rien. La fin de l’article est un cas d’école de marketing conversationnel :

Posez vos questions avec #Pourquoi. Des chercheurs et nos équipes vous répondent sur Motherboard.

On en redemande (et on vend à nos annonceurs).

Merci Juliette pour le tuyau.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #167

1. Mayday vient de « venez m’aider ». Merci Olivier

2. Goldman Perks.

3. Maje, Sandro ou Claudie Pierlot réalisent – au moins – les 2/3 de leur CA en période de soldes.

4. Quelques astuces de la grande distribution : des files de caisse étroites, des brumisateurs au rayon fruits et légumes

5. Wrigley produisait originellement de la levure, assortie d’un chewing-gum en cadeau, façon lessive.

6. En France, 60% de la population carcérale serait de confession musulmane.

7. Le terme sniper provient de la chasse : le snipe est un oiseau rare.

800px-Gallinago_stenura_-_Laem_Pak_Bia

8. Les Doritos ont été inventé dans un Disneyland californien où le propriétaire d’un restaurant eu l’idée de recycler les burritos invendus.

9. La théorie mathématique qui explique pourquoi les écouteurs d’iPod font des noeuds dans vos poches.

10. La liste des facteurs influents sur le référencement Google :

seo google ranking factor

De l’intérêt d’avoir un nom générique : le cas de la bière belge Maes

maes beer belgium

La tendance à googler tout ce qui bouge ajoute une brique aux risques de la généricité pour un nom de marque.

A moins d’en faire une force.

La bière belge Maes a récemment offert une barrique à tous les gens qui portaient le nom Maes en Belgique, ie. le 3e blase le plus populaire. Après inscription sur la page Facebook, les cousins étaient invités à programmer leur soirée patronymique dans un bar avec leurs amis.

Si cette tactique est sacrificielle pour les marges, elle est un booster indéniable de volume donc de chiffres d’affaires. On aime par ailleurs l’intégration intelligente des cafetiers dans l’opération pour une bière qu’on imagine pénalisée par un faible pourcentage vendu en hypermarché. L’idée de conditionner le lot à une occasion sociale est également brillante. Last but not least, l’utilisation croisée des médias de masse et du courrier dit la pertinence du cross média ainsi que la capacité des grands médias à faire du ciblage individuel.

Les résultats sont éloquents, la Belgique a même vu 7 000 personnes changer de nom le temps de l’opération…

Le référencement est un modèle de construction de capital de marque à suivre qui fait la nique à la dictature du court terme

Every cloud has a silver lining
Every cloud has a silver lining

L’accélération est un des corrélaires de l’innovation technique. L’allemand Hartmut Rosa en tire les bénéfices, tout comme la plupart des industriels. Depuis la fibre optique en passant par le TGV, les micro-transactions ou le haut débit, le nombre d’actions par minute augmente chaque jour ou presque.

De là à en tirer des conclusions sur la perte de repère de la société, il n’y a qu’un pas. Le progrès technique génère moins d’accélération que de réaction : « on ne prend plus le temps de faire les choses », « on n’apprécie plus rien », « on ne sait plus se déconnecter », « la dictature du court-terme ».

Pourtant, en y regardant de plus près après avoir constaté l’accélération effective des modes de transmission de l’information, quelques parangons du long-terme subsistent.

Parmi eux, le SEM est un symbole à longue vue.

Le référencement illustre à merveille la manière dont il faudrait bâtir une stratégie de marque : à long terme, à petits pas, en contexte avec son environnement (le référencement est avant tout le fruit d’un dispositif technique), qui se bonifie avec l’âge et ne peut pas s’acheter.

Pierre angulaire du marketing digital, le référencement n’est en outre pas près de céder sa place dans le trio des investissements publicitaires.

Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, il y a du slow là où on veut bien le voir.