Quelques infos marrantes sur le retail grâce à Mood Media

moodmedia-fr-vf

On a aimé cette infographie reconstituant l’évolution de la relation client depuis le 19e siècle, publiée sur le blog de l’agence Mood Media.

On y apprend – entre autres – que le 19e siècle a donné naissance – en plus du concept de *grand magasin* aux cabines d’essayage et aux étiquettes. Fun fact étymologique : le mall descend d’un jeu de balle français, le paillemaille.

Entre 1900 et 1919, le libre-service apparait. Les sacs donnés en sortie de magasin boostent la fréquence en surcroit de la livraison à domicile. Fun fact étymologique 2 : le retail descend du français, la retaille, par opposition au commerce de gros (wholesale).

Entre 1920 et 1939, la musique d’ambiance fait son apparition dans les allées. Le chariot de supermarché est inventé pour développer les volumes.

Entre 1940 et 1969, Mood Media créé une bande son interminable pour Monoprix (cool et weird en même temps).

Entre 1970 et 1999, on apprend que la mode des vitrines évènementielles pousse Bloomingdale NYC à imaginer de fausses scènes de meurtre.

Pour télécharger le document en PDF, c’est ici : moodmedia-fr-vf

10 things I didn’t know last week #170

1. How slow-motion tricks us (souvenir).

2. Nine facts marketers should know about the psychology of shoppers.

3. French departments were designed with frontiers to be reached out of a one-day horse ride.

4. The amazing story of Ricard during French occupation :

En 1940, la société Ricard est frappée d’interdiction de fabriquer « son » pastis. Contraint de fermer les portes de son usine, Paul Ricard ne baisse pas les bras, mais rapatrie son personnel masculin à Méjanes, pour le soustraire au Service du Travail Obligatoire, en Allemagne. Sur les 1200 hectares de la propriété laissés à l’abandon, il se reconvertit dans l’agriculture. Puis il entreprend d’importants travaux d’irrigation. Dès la Libération, il lance la culture du riz camarguais à grande échelle.

5. Cute agressions.

6. Shaggy was a stoner.

ShaggyRogers

7.  Dilution and relution. Merci Olivier

8. 41 Things You Need To Know Right Now, For No Reason In Particular.

9. First US self-millionaire women was afro american.

10. On failures:

Jusqu’où les retailers peuvent-ils aller pour augmenter la fluidité du trafic in-store?

N’importe quel retailer mode vous racontera l’épreuve de la cabine d’essayage avec de la haine dans la voix.

Elle impose aux shoppers de faire la queue, se déshabiller, sortir de la cabine et se montrer aux yeux des autres (en attendant parfois une nouvelle fois pour profiter d’un bout de miroir), changer de taille et/ou de modèle, se décider (parfois à plusieurs), se rhabiller, tout rendre à la responsable des cabines et avoir perdu 30 minutes ou retourner faire la queue aux caisses pour régler ses achats…

En outre, tout est fait pour épargner aux visiteurs le frein des cabines : politiques de remboursement intégral courant 30 jours, soldes permanents et ventes flash, collections capsules, boutique online, collections « uniquement disponibles online ». Un seul mot d’ordre : l’impulsivité.

C’est sans doute ce qui a poussé un distributeur suédois à demander à ses salariées de garder l’étiquette de leur soutien-gorge à la vue de toutes les clientes afin de faciliter leur choix (pas la peine d’être une fille pour imaginer qu’essayer un soutien-gorge doit être suffisamment casse-pied et chronophage pour être rare).

Malheureusement, ce qui partait d’une bonne intention est assez mal reçu par les employées du magasin, devenus aimants à pervers…

Qu’en pensez-vous?

Une idée gratuite qui n’a pas de prix

Les idées les plus simples sont souvent les plus frappantes et les plus pertinentes. Depuis quelques semaines, la marque de mode éthique Ideo innove avec un concept retail inédit : la boutique transparente.

Lire la suite « Une idée gratuite qui n’a pas de prix »