10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #212

1. Comment Spotify fait fonctionner le shuffle. Merci Olivier

mr-clippy

2. Mr. Clippy fut un tel échec qu’il figurait dans le pitch de vente de Windows XP (cf. slide 10).

3. Apparemment, en Bretagne comme en Navarre, on fume l’hortensia (où l’on apprend que le Zyklon B en dérive). Merci le Celsa

4. Les numéros des lignes de bus à Paris répondent à une codification précise :

Pour le premier chiffre :

  • 2x pour Opéra et la Gare St Lazare
  • 3x pour la Gare de l’Est
  • 4x pour la Gare du Nord
  • 5x Auparavant, ce fut République, mais maintenant, c’est plutôt la Rive Droite.
  • 6x Points secondaires de la Rive Droite
  • 7x pour le secteur entre Hôtel de Ville et le Louvre
  • 8x Points secondaires de la Rive Gauche, mais plutôt vers le secteur entre Luxembourg et la Gare d’Austerlitz.
  • 9x pour la Gare Montparnasse

Pour le second chiffre :

  • x0 pour les lignes traversant Paris sans forcément avoir un terminus en banlieue ou à une Porte précise.
  • x1 pas de spécifications précises
  • x2 de Balard à la Porte Maillot
  • x3 de la Porte Maillot à la Porte Champerret
  • x4 de la Porte Champerret à la Porte Montmartre
  • x5 de la Porte Montmartre à la Porte de Pantin
  • x6 de la Porte de Pantin à la Porte de Charenton
  • x7 de la Porte de Charenton à la Porte de Gentilly
  • x8 de la Porte de Gentilly à la Porte de Versailles
  • x9 de la Porte de Versailles à la place Balard

Merci Patrice

piano_lounge

5. Une époque où certains avions de lignes étaient équipés d’un piano lounge.

6. En Corée, les fast-foods proposent des menus offrant un petit cadeau pour les enfants, les ados et des jeunes adultes.

7. Une race de chien développée uniquement pour faire tourner une roue activant un soufflet.

8. Comment fonctionnait le pistolet sans fil de la Nintendo : les canards étaient blancs et un flash noir apparaissait à chaque déflagration. C’est la variation de couleur qui indiquait la précision du tir.

9. Une histoire (passionnante) du télégraphe.

10. SOS = Save Our Souls ou Save Our Ship ou Send Out Succour.

Clash des générations : la mémoire du geste du walkman

Une expérience intéressante a été menée en Angleterre en vue d’illustrer les comportements inhérents aux objets qui nous entourent. Consécutivement aux 30 ans du walkman, un journaliste anglais s’est amusé à confier pendant quelques jours un walkman à un adolescent habitué du iPod.

Les réactions générées par l’expérience ne manquent pas de piquant.

Pour commencer, le jeune a du mal à comprendre le système des 2 faces de la cassette. Ensuite, il exprime ses doutes quant à la qualité sonore des enregistrements magnétiques. Pour terminer, il s’étonne de la laideur de l’objet et des réactions produite par les passants dans la rue, ce qui donne un nouveau coup de marteau sur la caractéristique « accessoire de mode » du baladeur Apple.

Chaque objet produit ses propres utilisations, c’est une aspiration quasi universelle du design. De fait, le teenager réinvente la fonction shuffle en avançant ou rembobinant arbitrairement la cassette.

Cette interaction etait relativement prévisible, pourquoi?

La dématérialisation de la musique a induit un biais d’utilisation énorme dans la consommation et l’écoute de musique. L’album a quasiment disparu au profit d’une écoute « au morceau ». La musique ne s’apprécie plus comme un tout mais comme une somme de partis (donnant par là même du fil à retorde aux tenant de la holistique), ce qui réduit considérablement – dans certains cas uniquement – la portée de l’oeuvre.

Redécouvrira-t-on un jour des albums construits au sens opéra-rock du terme ? La génération zapping renoue-t-elle plus prosaïquement avec le sens premier de l’album qui était une compilation disparate d’inspirations et de ressentis?

Les remixs électro de plusieurs dizaines de minutes formatés en un unique mp3 en sont peut-être la réincarnation…

Source : PSFK