10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #56

1. Père du bêta de mémorisation, Armand Morgensztern a également enfanté Zysla Belliat, directrice des études d’Aegis et présidente de l’IREP, ainsi que Mathieu Morgensztern, le patron d’Isobar (l’article en lien nous apprend également que l’agence 5eme gauche a été fondé par Edouard de Pouzilhac, fiston d’Alain, patron de l’audiovisuel extérieur de la France. Merci Anne.

2. La paternité du téléphone s’est jouée à une heure près !

3. Il existe des gens capables de détecter le taux d’agressivité dans une conversation.

4. Marque culte des hooligans dans les années 80 et 90, Umbro tire son nom de la contraction des frères Humphreys. Son logo représente deux diamants imbriqués l’un dans l’autre : le plus grand pour le grand frère, le petit pour le petit frère.

5. Le pornème.

6. Le tinkle tweaking, une technique d’extraction maison de methamphetamine à partir de son urine.

7. En plus de faux Apple Stores, la Chine dispose d’un faux Disneyland. Merci Xavmod.

8. The Ad agency bloodline : une mine. William James Carlon, le premier associé de JWT, a commencé sa carrière en vendant des pubs dans des magazines religieux. Il y a des mecs qui envoyaient des spams sur les télégraphes au XIXe siècle. On peut voir des bouteilles de la marque Bass dans la toile Un bar aux Folies Bergère de Manet (une autre marque entrée dans l’histoire).

9. Cet article liste les tentatives de meurtre de Fidel Castro par les USA les plus fantaisistes. Au programme : des cigares hallucinogènes, des coquillages explosifs, des maladies de peau et le top du top : l’avènement d’un nouveau prophète catholique prêchant le caractère démoniaque de Castro.

10. En 1931, l’arrivée de Popeye sur les écrans américains aurait fait augmenter la consommation d’épinards de 33%. Merci Xavier.

I got a feeling : ce que nous apprennent les Black Eyes Peas

Incroyable ce nouveau clip des BEP. Léché, beat universel, paroles sophistiquées. On va  se remuer le boule sur ce mondo-tube tout l’été, à coup sûr. Outre ses qualités intrinsèques, cette vidéo est une petite pépite contemporaine, un témoignage unique et riche sur notre époque.

Qu’est ce qu’on lit à travers ces 5 minutes de bonheur pur?

  • Le placement produit a de beaux jours devant lui. Nokia et Asus s’en donnent d’ailleurs à coeur joie. On voit apparaitre le dernier né de la marque scandinave au tout début du clip, puis un netbook de la marque coréenne quelques secondes (2’52)
  • Autotune, le plus ringard des logiciels branchés, n’a pas encore été lâché par les producteurs, malgré toute la peine que se donne l’hypocrite Jay-Z (ça ne m’étonnerait pas qu’il soit de près ou de loin derrière les BEP).
  • En 2009, la récession impose un train de vie modeste, on est en pleine mode du Do it Yourself : on fait la teuf à la maison (Adidas ou la série britannique Skins ne sont pas innocent dans ce regain d’intérêt pour les salons parentaux), on prépare soi-même ses cookies (4’23) ; sans pour autant être chiant. On peut encore s’asperger d’alcool. La Kronenbourg a juste remplacé le Roederer.
  • En 2009, on est OUVERT : on festoie entre gens de toutes les couleurs – façon Mickeal Jackson dans les années 90 – on ne rejette pas les freaks – on se déguise comme les Misfits (3’01), Busta Rhymes ou le Mr Jack de Tim Burton – et on se roule des pelles entre meufs. Sarah Palin l’homophobe a démissionné et même Darkplanneur en parle, c’est dire si les gays sont tendances. Cerise sur le gâteau, on case des Mazeltovs à droite à gauche, histoire de surjouer encore un peu plus l’oecuménisme (vers une résolution du conflit israelo-palestinien?) de la pop musique.
  • Mais d’où provient toute cette belle énergie? Du nouveau président bien sûr, pour qui Will.I.Am, un des chanteurs du groupe, a bossé, travaillant par là même sa notoriété. Le drapeau américain circulaire en arrière-plan ne vous rappelle rien? Pas même le logo de la campagne de Barack?
  • La Production rajeunit, elle a baigné dans les mêmes influences kitsch et mémétiques que nous…  Vous ne connaissiez pas encore Hooked on a feeling?
  • L’avenir sera radieux et va changer, la preuve, The End est écrit en lettres de lumières… Le futur ne sera pas dark, mais lightfull.

Ouf ! Grâce à BEP, on en a appris des choses. Au fait, c’est quoi leur chanson déjà?

L’hôtel où même la carte est à la carte

La crise a bon dos et continue à produire son florilège d’innovations loufoques. La dernière en date nous vient de Californie ou un hôtelier prêt à tout ne lésine pas sur les moyens pour recruter de nouveaux clients.

Son offre s’articule autour d’un Survivor Package. En quelques mots, cette promo consiste à dégraisser la facture du consommateur en lui proposant en opt-out – désélectionner – tous les services habituellement vendus avec une chambre d’hôtel.

Illustration: la chambre pour deux de l’auberge Bernardo coûte habituellement 215$.

Sans le petit déjeuner, je soustrais 20$ à l’addition – jusqu’ici rien de scandaleux – auquel je peux également enlever les 20$ du cocktail de bienvenue. Nous en sommes alors à une note de 179$.

L’hémorragie ne s’arrête pas là : sans courant, 20 doll en moins, sans oreiller, 20 doll en moins, sans draps, 30 doll en moins… Ce n’est pas fini : pas d’ampoule, 30 doll en moins, pas de serviettes, 30 doll en moins, pas de papier toilette, 20 doll en moins. La chambre est maintenant facturée 39 dollars… Ca devient franchement bon marché.

Le clou de la radinerie : on vous enlève le lit, ce qui vous fera réaliser une économie de 20 doll supplémentaires. Vous êtes désormais logé pour 19 dollars – plus fees – dans ce joli endroit.

J’espère que votre sac de couchage est de bonne qualité. En tout cas à ce prix là, les étoiles brilleront spécialement pour vous.

Vive la crise !

Alors? Tenté par le Rancho Bernardo Inn?

Via : PSFK

L’Amérique renoue avec le rêve

Impossible de contourner cette news ce tournant de l’histoire américaine et mondiale. Une page se tourne, 8 années globalement maussades, un bilan à faire pâlir de honte tout citizen qui se respecte.

Brusquement, le paradigme se renverse, l’Amérique redevient l’eldorado passé, on avait fini par l’oublier, surtout lorsqu’on a que 20 ans.

C’est une nouvelle Amérique que l’on découvre aujourd’hui, alors que notre conscience politique a pris source pendant une période frappée du rejet quasi-total des USA.

Tour (re)devient rose, on comprend enfin la puissance et la profondeur du possible et du symbole.

Félicitations à Barack Obama et à tous les américains.

En avant la démocratie

Vous avez un message vraiment, mais alors vraiment très important à faire passer. Vous n’avez vraiment, mais alors vraiment aucun rond…

Le tandem Géo Trouvetou / Internet a encore frappé : Saysme.tv. L’idée est bougrement simple : faire du slot-filling de dernière minute via une plateforme alimentée par les messages vidéos de ses membres.

L’expérience n’est évidemment disponible que sur les petites chaînes câblées mais devraient satisfaire les politiciens et bavards les plus fauchés d’entre vous désireux de se programmer leur quart d’heure de minute de célébrité dans les lucarnes yankee.

Encore trop jeune pour offrir son lot d’anecdotes croustillantes, on peut parier les yeux fermés que cette initiative verra fleurir de jolis exercices de styles télévisuels. Qui a dit source d’inspiration ? Tais-toi et mate !

Source : NY Times