10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #162

1. Le Velo-Dog, le petit flingue des facteurs.

2. Le permis de conduire à points en France ne date que de 1992.

3. Les breaks BMW ont été inventés dans un garage par un employé bricoleur :

4. Les noms des Kit-Kat et des Snickers ont des origines étranges.

5. Les stations de métro à New-York possèdent d’étonnantes bandes striées en noir et blanc…

6. Apple possède 600M de cartes de paiement en base (si quelqu’un a les chiffres de Visa ou Mastercard je suis preneur).

chart-of-the-day-accounts-apple-ebay-paypal

7. Que signifient les deux zéros avant le matricule de James Bond? Soit le droit de tuer, soit un passé tueur

8. Pourquoi une bande-annonce s’appelle trailer dans les pays anglo-saxons? Au départ, elles étaient diffusées après les films…

9. L’homme qui a breveté le super soaker est un ingénieur de la NASA, désormais riche. Merci Olivier

10. Fournis par Armor Lux, les bonnets rouges sont fabriqués en Ecosse.

Priceless de Mastercard poursuit sa route avec pertinence et inspiration

Mastercard-Priceless

La communications idea Priceless de Mastercard demeure un exemple d’intégration réussie : pérenne dans le temps, adaptable en fonction des publics, des moments, des moyens et des messages, parfaitement pertinente pour le business de la marque.

Voici l’étude de cas victorieuse du grand prix Stratégies des médias 2013. Modèle de fonctionnement (au moins théorique) entre un annonceur, une régie et une agence médias n’ayant pas besoin d’agence de pub.

Un modèle à suivre, pour les marques, les agences et les marques médias.

Economy flows better with abstraction

Alors que le débat sur le futur du paiement ne perd rien de son intensité, aucune anecdote illustre mieux l’intérêt économique de la dématérialisation des transactions.

Depuis l’apparition d’une interface de paiement par carte bancaire à l’intérieur des taxis new yorkais, le montant moyen des pourboires a doublé. Comme le montre l’image ci-dessus, les trois boutons figurant à côté du clavier proposent 3 pourboires différents.

Si on passe outre le montant élevé des taux de pourboires proposé (forçant un peu la main des clients mais incarnant si bien l’anchoring effect), la facilité et la fluidité des transactions par cartes ont leur responsabilité dans cette augmentation des pourboires.

Si les gens sont moins généreux en liquide qu’en CB, c’est bien pour une raison d’abstraction dédramatisant la transaction. On comprend mieux la très juste signature life flows better with Visa.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #84

1. En 1957, l’émission Panorama de la BBC fit croire aux Anglais que les spaghettis poussaient sur des arbres. Merci Alexandre.

2. Kodak réalisait 80% de marge sur ses pellicules photo.

En 1985, Leo J. Thomas, directeur général adjoint de Kodak et directeur de sa recherche, déclarait au Wall Street Journal: “Il est très difficile de trouver quoi que ce soit dont la marge bénéficiaire soit comparable à celle de la photographie couleur… et qui soit légal.”

3. La trialectique, principe logique invitant à la complexité (voir l’excellente illustration du corps social page 7) :

4. Gérant 100 000 véhicules de livraison dans le monde, UPS économise prés de 200 000 litres d’essence par an depuis 2004 grâce à une astuce simple : le moins de virages à gauche possible. Ces derniers font perdre du temps aux chauffeurs (attente + attention).

5. Les cartes de crédit Visa ont commencé leur carrière par un envoi massif non-sollicité à 60 000 américains.

6. En japonais, Toyoda s’écrit en dix traits de pinceau, le nom de la marque a ainsi été changé en Toyota qui s’écrit en huit coups de pinceau, chiffre plus chanceux.

7. Les restaurants Subway vendent des subs ou submarine sandwiches.

8. La guerre civile espagnole a inspiré la création des M&M’s.

9. Le tissu utilisé par les Kleenex est né durant la première guerre mondiale, il remplaçait le coton dans les masques à gaz.

10. Jolis fails architecturaux : le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles par Franck Gehry projette des rayons brûlants sur les passants et le Citicorp Center de la banque américaine éponyme est beaucoup moins résistante que prévu aux intempéries.