Fermes humaines, données personnelles et tapins : comment nous gagnerons notre vie demain

Cet article a été rédigé dans le seul but d'utiliser cette image
Cet article a été rédigé dans le seul but d’utiliser cette image de prime qualité

La slide 79 du panorama des choses à surveiller JWT est vraisemblable mais dingue.

Partant de l’observation que les datas vont prendre une importance grandissante, les gens vont se mettre à commercialiser leurs données personnelles. A l’heure du big data, le moindre fait et geste a une valeur : une session de navigation e-commerce, une heure en hypermarché sous GPS, le carnet de bord des démarches précédant l’achat d’une auto, une partie de jeux vidéo, une visite médicale, l’enregistrement d’une nuit d’amour…

En étant malins, nous pourrions passer du statut de produits (à la solde de services qui exploitent aujourd’hui nos données) à celui de producteurs.

De là à imaginer le développement d’écuries ou de fermes humaines (cf. jeux vidéo façon World of Warcraft) il n’y a qu’un pas. Un peu comme si tout le monde devenait sportif de haut niveau.

Qui seront les agents, les imprésarios de nos revenus de demain? Serons égal face à la production de données ? Une donnée de pauvre aura-t-elle la même valeur qu’une donnée de riche?

On se moquait de mechanikal turk mais finalement, nous sommes tous des ouvriers. Faisons ce qu’il faut pour chacun ait sa chance dans cette nouvelle donne.

Bienvenue dans l’hyperréalité

Concept développé (entre autres) par l’ami Baudrillard, l‘hyperréalité caractérise les sociétés réservant une place telle aux images qu’on ne distingue plus la réalité de la fiction.

Il aurait été aisé d’aborder le sujet sous l’ange des mondes virtuels (WoW, Second Life, Habbo, etc.) ou de la séduisante version des frères Wachowski mais je préfère le traiter par le prisme de la publicité.

Est-ce la maturité des consommateurs? Est-ce les marques qui ont poussé le bouchon trop loin? Est-ce ce que plus personne n’est dupe de rien?

On a jamais autant vu de fictions gravitant autour de la publicité : Culture Pub a lancé le mouvement il y a des années, Mad Men triomphe aux Golden Globe, The Gruen Transfer (un talk-show sur la pub) a fait des scores exceptionnels en Australie, le SNPTV fait de la pub pour la pub… Sans parler des campagnes UGC…

Bientôt, plus un citoyen ne sera ignorant des rouages et techniques de la pub.

Les vieilles frontières sont définitivement brouillées. Preuve ultime que l’opinion ne considère plus les consommateurs comme des cibles mais comme des interlocuteurs capables de décoder et comprendre les rouages de la réclame. Des partenaires en somme…

Etonnant non?

Pour le plaisir, voici le case study du lancement du Gruen Transfer par l’agence australienne Three Drunk Monkeys :

Les jeux vidéos dans la vraie vie

Il y a quelques mois, Electronic Arts répond de très belle manière à un bug de ses jeux de golf, décrié par ses consommateurs. EA sort un film où Tiger Woods marche sur l’eau (cette idée prend un brutal coup de vieux compte-tenu de l’actualité…)

En Allemagne, on assiste depuis quelques semaines à une forme de réaction analogue. Face à la fronde des associations de familles contre les jeux vidéo violents, un collectif d’artistes s’amuse à détourner des affiches dans la rue. Le procédé consiste à coller l’interface du jeu Doom (un jeu de tir en vue subjective) sur des panneaux publicitaires.

Outre la modernité très 00’s du détournement publicitaire, il est amusant de constater comment les jeux vidéos s’invitent dans la vraie vie.

Une fois passée barrière de l’adoption du jeu (parfois aidée par une campagne de Familles de France), on voit apparaitre du vocabulaire (cf. langages vernaculaires des jeux en ligne par exemple), des communautés physiques (cf. Zombie parade ou soirées Wow dans des bars), des t-shirts reprenant des gimmicks visuels (logo atari, système de vies) puis des éléments de sens réutilisés.

La référence est pointue mais le message passe bien, on imagine assez facilement que les médias ont joué le rôle de vulgarisateur auprès des publics non-initiés.

Quelle sera la prochaine étape? Une mention game over à la fin des films? Des débats politiques dans Wow? Une guilde se présentant aux élections?

Plus d’images ici.

Via : Fluctuat et Ufunk

Breaking news : Warcraft au cinéma !

Les nerds en salivent d’impatience ! Après l’annonce de l’adaptation de Facebook au cinéma, c’est le célèbre jeu de stratégie développé par le studio Blizzard qui devrait faire l’objet d’une adaptation sur grand écran.

Preuve supplémentaire de la montée en puissance de l’industrie du jeu vidéo sur le marché de l’entertainment.

NB : Le jeu vidéo GTA a été le bien culturel le plus vendu au monde en 2008.

Pour les fraggles qui n’ont jamais entendu parler de WoW, voici un trailer du jeu vidéo qui rassemble chaque jours plusieurs millions de nerd cotisant 15 euros par mois pour se casser la gueule online:

MàJ : pour les enfants ou les mini nerds, le journal du net vient d’annoncer le lancement du Monde de Boaki, un petit jeu à la World of Warcraft dédié aux 5-12 ans. Ahh, les plaisirs du geeking en famille…

MàJ2 : c’est Sam Raimi, le réalisateur de la série des Spiderman, qui shootera le film Warcraft.

Source : JDG